De l'extrudeur à la buse, régler son imprimante 3d | STL maker 3D – StlMaker3D

Utilisé une imprimante 3d pour vos décors et miniature wargame, demande de la rigueur et un certain savoir-faire. Celui-ci peut s'acquérir par de multiple déception, expérience ratée et filament de plastique gâché.

Ou en vous formant intelligemment, par le biais de multiple vidéo tuto et article de blogue comme vous êtes en train de le faire.

Le début de cet article, est je vous l'accorde, un peut brut de décoffrage, mais réaliste. Si vous vous vous lancer à l'aveuglette dans vos impressions 3d, vous pourriez être vite dessus de vos premiers résultats, c'est ce que SLT maker 3D souhaite vous évitez.

Cette intro a pour but de vous préparer à ce que vous pourriez vivre, et à ce que vous vous apprêtez à lire. Car oui, cet article va être long, pour les maker wargame averti, le titre de celui-ci parle de lui-même.

En réalité il ne se passe que très peu de temps entre le moment où votre filament passe par le mécanisme de votre extrudeur, pour en ressortir de la buse. Cette démarche semble simple en apparence, mais en réalité, il en est tout autre.

Le but de cet article :

  • Vous aidez à comprendre le mécanisme, du passage de l'extrudeur à la sortie de la buse.
  • Interpréter vos dépôts de filament afin de voir quel paramètre peut être amélioré.

Mais aussi, apprendre à :

  • Connaître et régler son extrudeur.
  • Connaître les éléments qui acheminent le plastique.
  • Connaître les différentes parties de tête impression.

Vous ne comprendrez peut-être pas tout dès le départ, certaines explications nécessiteront des expériences de votre part.

Prenez le temps de revenir sur certaines parties.

Ce temps d'apprentissage peut vous soulager de certaines frustrations.

Assez parler, c'est parti.

Temps de lecture estimer :  30 minutes + 1h 20 de vidéo

Connaître son extrudeur et sa tête d'impression.

1.Les différents types d'extrudeurs : Bowden et Direct drive.

C'est ce petit moteur qui tire votre fil plastique pour que celui-ci entame sa course jusqu'à la tête qui fera fondre ce dernier.

image_extrudeur_FDM_tête_d_impréssion_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

Il en existe deux types, le premier qui est représenté ci-dessus en image est ce qu'on appelle un système "Bowden" où celui-ci est placé en déporter.

image_fonctionnement_imprimante_FDM_shémat_extrudeur_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

Pour le second, ci-dessous, on retrouvera un système appelé "Direct drive", placé directement sur la tête qui applique le PLA.

 image_extruseur_FDM_tête_directdrive_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

Deux écoles de pensée animent le débat sur le meilleur des deux systèmes. Certains disent que le Direct drive est plus précis ce qui tente plusieurs maker wargame à changer leur tête de chauffe classique, pour une tête avec son extrudeur en direct.

Car il existe sur certaines imprimantes, des kits de modifications qui permettent de passer d'un système à l'autre.

D'autres disent qu'extrudés en direct, peut engendrer des défauts sur votre machine.

La raison est cell-ci est à la base conçu avec un raille, sur l'axe X pour du Bowden, où celui-ci a juste à supporter le point de la tête d'impression.

Le poids du Direct drive est par logique, plus lourd que son homologue déporter. Viennent les ventilateurs de la tête de chauffe.

En revanche, là où tout le monde tombe d'accord, et que les systèmes "Direct drive" est primordiale pour l'utilisation de plastique particulier tel que l'ABS, qui possède une consistance bien plus souple. Ce qui demande un accompagnement au plus proche de la tête d'impression.

Toutefois, sur du PLA classique, certain affirme qu'un Direct drive n'est pas une obligation.

image_extrudeur_direcdrive_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

Il y a des chances pour retrouver des défauts par rapport à ce rail, qui aura du mal encaissé les mouvements et oscillations dû à ces nouveaux matériaux et à leurs poids.

Si vous souhaitez vraiment travailler avec du Direct drive, nous vous conseillons de vous procurer une machine qui possède déjà ce type d'entrainement. Et donc avec un rail adapté.

2. Système Bowden

Nous allons observer chacun des acteurs d'un système Bowden, à noter que chacune des pièces joue un rôle et qu’elle ne doit pas être négligée.

2.1 Le tube PTFE

Le tube PTFE achemine le filament à la suite de son extrusion. Sur la plus par des imprimantes à dépôt de filament, on retrouvera sur celui-ci une dimension interne de 1.80mm à 2 mm pour un filament de 1.75 mm (la taille le plus répandue). Il faut laisser assez d’espace au filament pour que celui-ci ne soit pas trop freiner dans sa course.

image_tube_PTFE_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

L'importance du tube PTFE ne doit pas être prise à la légère, car il exerce une influence sur la circulation du PLA, si celui-ci venait à être freiné cela pourrait avoir des conséquences sur les réglages de votre tirage que nous évoquerons par la suite.

La marque Capricorn qui fabrique ces tubes, est de très haut de gamme et procure à votre PLA une très bonne fluidité de mouvement

image_tube_PTFE_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL_2.0

La largeur extérieure du tube est en général de 4 mm ce qui correspond au standard des connecteurs pneumatique, que nous évoquons plus bas.

Pour ceux qui souhaiteraient une épaisseur de 2.85 mm, il faudra changer votre tube PTFE, par un tube aux dimensions internes de 3mm et 6mm en externe.

2.2 Le connecteur pneumatique

Vous pourrez retrouver plusieurs types connecteur sur le marché, mais ce qui importe réellement ce sont les dimensions de celui-ci.

image_connecteur_pneumatique_PTFE_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL_2.0

Car vous pourriez par la suite, pour de multiple raison, devoir changer celui-ci, voici les points à respecter :

  • Assurez-vous que le diamètre d'entrée (joint en bleue) soit compatible avec votre tube PTFE, 4mm ou 6mm.
  • Le second point est le raccord entre votre connecteur pneumatique et le dissipateur de chaleur, les raccords sont notés en M4, M5 ou M6 selon le modèle, la dimension de votre dissipateur.

3. La tête d'impression et ses 5 grands composants

Nous poursuivons notre exploration à travers le cheminement du fil plastique.

Celui-ci a été introduit, puis tiré, passant par le premier connecteur pneumatique qui donne sur le tube PTFE, qui le guide jusqu'au second et dernier connecteur pneumatique et débouchera sur le tube en téflon du dissipateur de chaleur, la première pièce.

 image_fonctionnement_imprimante_FDM_tête_de_chauffe_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

Numérotation des pièces : 

  1. Connecteur pneumatique
  2. Dissipateur de chaleur
  3. Heartbreak
  4. Bloc de chauffe
  5. Buse
  6. Sonde thermique ou thermistance
  7. Carte chauffante, élément de chauffe ou cartouche chauffante 

3.1 Le dissipateur de chaleur

Son rôle est essentiel, il doit maintenir une température suffisamment basse, afin que le PLA ne change pas de consistance, ce qui pourrait altérer sa trajectoire et son flux. 

Car la partie chauffante qui vient ramollir et faire fondre le plastique, le bloc de chauffe, se situe plus bas. Mais sa chaleur est telle (200°) qu'il y a un risque de conductivité trop important. 

Le plastique pourrait commencer à fondre directement dans l'extrudeur si on est en direct drive, ou dans le tube PTFE si on se situe en Bowden, car c'est le filament lui-même qui conduira cette chaleur.

Ainsi pour pallier cette éventualité nous retrouverons plus bas une rupture de chaleur ou appelée plus communément dans le jargon un "Heartbreak".

Celui-ci est impérativement jumelé avec le dissipateur de chaleur pour conserver la solidité du filament et permettre un acheminement de qualité jusqu'à la buse.

image_dissipateur_de_chaleur_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

Il existe plusieurs modèles de dissipateur aux formes diverses et variées, nous vous conseillons les dissipateurs aux formes cylindriques qui obtiennent les meilleurs résultats et termes de maintien en température.

3.2 Le ventilateur

Petit détaille qui a son importance, le dissipateur n'aura bien sûr aucun n’impacte s’il n'est pas refroidi par son ventilateur.

Il sera de la même taille que le dissipateur afin de distribuer un flux d'air homogène sur la pièce de refroidissement. Le couple du ventilateur sera entre 4000 et 9000 tour/min, plus il tourne plus il refroidit, et plus il tourne plus fait de bruit.

Nous vous conseillons de placer votre imprimante dans un endroit où vous ne serez pas dérangé par des sonorités trop bruyantes.

image_ventilateur_imprimante_3d_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

3.3 Le Heartbreak

Au premier abord on pourrait ne pas prêter attention à cette pièce qui elle aussi un rôle important à jouer. Le heartbreaker, du fait de sa position, est assez discret.

Une fois mit à nue, il ressemble à une tige filetée creuse, pour la plupart des modèles, il y a un décrocher qui crée une rupture dans filtrage. C'est se décrocher entre la tête de chauffe et le dissipateur qui permet et un premier rempart à la dissipation de chaleur.

image_heatbreak_imprimante_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

On peut retrouver sur certains modèles un revêtement PTFE sur les parois intérieures. Ce revêtement permet une meilleure isolation et apporte un meilleur guidage au filament.

Grâce au heartbreaker, premier rempart à cette dissipation de température, notre plastique est bien fondu à partir la tête de chauffe. Cette chaleur bien maitrisée évite les accumulations de plastique qui pourrait créer d'éventuels bouchons.

3.4 Le bloc chauffant

On retrouve le bloc chauffant entre le heartbreaker et la buse. C'est lui qui va communiquer la température et faire chauffer le plastique ainsi que la buse.

Celui-ci est connecté la cartouche chauffante qui viendra communiquer une source de chaleur à l'ensemble du bloc. La deuxième connectique est la thermistance qui viendra apprécier la température du bloc de chauffe.

Les deux connexions précédemment citées sont reliées à la carte mère de l'imprimante, ils agiront de concert pour ajuster la température du bloc de chauffe, et ce pour faire fondre le plastique à la chaleur adéquat.

image_bloc_de_chauffe_imprimante_3d_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL_2.0

Il existe des modèles de bloc de chauffe appeler "volcano", ce type de bloc de chauffe possède une taille plus grande que la plupart de ses homologues.

Pourquoi plus grand ? 

Ce bloc de chauffe doit permettre au filament d'être chauffé plus longtemps, c'est donc par rapport au plastique que le volcano sera emploi.

Les filaments plastiques d'une épaisseur supérieure à 1.75mm, ou d'une consistance plus dense nécessitent un temps de chauffe plus long. D'où le besoin d'un bloc de chauffe plus long.

image_bloc_de_chauffe_classique_volcano_imprimante_3d_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

Petit point particulier, n'éteignez pas votre imprimante 3d de suite après utilisation. Votre bloc de chauffe est encore brulant, et celui-ci va continuer à communiquer sa chaleur au filament qui n'est plus refroidi par le dissipateur de chaleur, lui-même refroidi par le ou les ventilateurs.

Vous pourriez alors retrouver un bouchon de plastique jusque dans votre tube PTFE.

3.5 La buse

Bien, maintenant on va voir la buse qui est petite par la taille, mais d'une grande importance pour vos impressions.

Par ce qu'elle est changeable, qu'on peut la retrouver sous différent format, différente taille et différente matière, que la buse ouvre le débat sur celle qui vous apportera les meilleures impressions 3d wargame.

C'est ici, à la sortie de la pointe de la buse, que le chemin de votre filament prendra fin pour finir sur le plateau de votre imprimante.

Après avoir été tiré par l'extrudeur, puis guider jusqu'au bloc de chauffe celui-ci subit un choc thermique qui va le ramollir, puis se fondre et atterrir dans la buse.

Il s'écoulera alors, un filet de plastique bien plus fin que la largeur initiale du filament.

image_buse_et_filament_imprimante_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

Les différentes tailles des buses

Parlons de la taille, ici la taille qui est évoquée c'est surtout le diamètre de la pointe de la buse. Ces dimensions sont nombreuses et chacune peut répondre à un besoin.

Comme vous pouvez vous l'imaginez, plus la pointe est petite et fine plus on pourra imprimer avec précision, et donc avec un meilleur résultat.

Toute fois nous verrons par la suite que ce n'est pas si simple et que la mécanique d'une imprimante 3d a obéi d'autres lois que la taille de la buse.

image_diamétre_buse_imprimante_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL_3.0

On peut retrouver les tailles suivantes :

  • 0.1mm (attention très petit)
  • 0.2mm
  • 0.3mm
  • 0.4mm (le plus répandu)
  • 0.5mm
  • 0.6mm
  • 0.7mm
  • 0.8mm
  • 0.9mm
  • 1mm (gosse épaisseur de couche)

Chaque dimension de buse à son utilité, de 0.1 à 0.3 mm, on utilisera ce type de buse qui demande une grande finesse, attention toute fois plus de précision, nécessite plus de temps, et parfois, beaucoup, beaucoup plus de temps.

C'est ce type de dimension qui est le plus approprié pour les figurines et petits véhicules de jeux de guerre.

De 0.4mm à 0.6mm, ce sont les tailles les plus couramment utilisées, car ces tailles permettent d'obtenir de bon résultat dans des temps très raisonnables.

Nous emploierons cette fourchette pour les plus gros véhicules et bâtiments de qui viendra arpenter et décorer nos jeux de plateau.

De 0.7 à 1mm, ces dimensions sont employées pour de gros modèles qui prendrait trop de temps. 

Attention la plupart des buses qui possèdent de gros orifices répondent à un besoin de matière conséquent. Si beaucoup de matière veut dire plus de temps de chauffage, donc un bloc de chauffe plus long et plus adapté comme un bloc "volcano".

Les différentes matières

En plus d'avoir le choix au niveau des dimensions, vous pourrez retrouver des buses de différentes matières de celle en laiton qu'on retrouve traditionnellement sur la plupart des imprimantes 3d.

Pourquoi surtout le laiton ? 

Parce qu'il est peu onéreux et conduit très facilement la chaleur.

Et parmi le différent matériau qui compose les buses, on retrouve :

Le laiton

L'acier inoxydable

L'acier inoxydable trempé

Le cuivre

Le rubis (oui oui, le rubis comme celui qu'on retrouve sur le bijou)

    image_différent_model_buse_imprimante_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL_2.0

    Pourquoi d'autre matériau ?

    Comme pour les différents diamètres, les autres matériaux répondent à d'autres besoins. Pour les maker et imprimeur 3d qui utilise d'autres filaments que le PLA, comme des filaments abrasifs ou extrêmement rugueux du fait de leur composition (bois, métal, carbone...) les buses en laiton ne feraient pas long feu.

    En effet, celle-ci serait vite éprouvée par la corrosion de ces filaments, et viendrait se déformer et changer de diamètre, affectant ainsi sa fiabilité de vos pièces et paramètres.

    C'est dans ce but que l'on devra changer de type de buse, toute fois pour les maker wargame qui ne font que des miniatures de jeux de guerre en PLA, pourront sans problème poursuivre avec des buses en laiton.

    Petite info pratique pour ceux qui souhaite s'essaie aux autres matières :

    Buse en acier inoxydable, celle-ci conduise beaucoup moins facilement la chaleur il faudra donc lui procurer un temps de chauffe plus long et établir une allure d'exécution modérer dans vos paramètres.

    image_buse_acier_inoxydable_imprimante_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL_2.0

    Buse en acier inoxydable trempé, mêmes précautions que pour la première, ce modèle est tout fois plus chère et répond à une utilisation intense de filament abrasif.

    image_buse_acier_inoxydable_trempé_imprimante_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL_2.0

    Les Buses en pointe de Rubis. Même si les ses homologues en acier inoxydable et trempé se retrouvent très robustes fasse au filament complexe, ils finissent inévitablement par se détériore, contrairement à la rubis qui offre une résistance et une fiabilité sans égale dans le temps. C'est ce qu'on pourrait appeler le nec plus ultra des buses. Comptez une centaine d'euros tout de même pour en faire l'acquisition.

     

    image_buse_rubis_imprimante_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

     

    Fin de la tête d'impression

    Maintenant qu'on a pu observer à la loupe ces différentes pièces, il sera plus facile pour vous de comprendre leur fonctionnement, et surtout les éventuels panne et défaut que vous pourriez rencontrer sur ces derniers.

    Vous pourrez aussi comprendre et améliorer la qualité de vos miniatures par les prochaines recommandations qui vont suivre.

    Reconnaître les défauts et symptômes de son imprimante 3d, et amélioré ses miniatures wargame.

    Il était essentiel de décortiquer les parties précédentes, car maintenant nous allons développer les défauts et réglages à apporter sur :

    • L'extrudeur

    • La tête d'impression
    • Les réglages en lien avec le slicer, ou le logiciel de préparation des modélisations 3d avant l'impression.

      Les thèmes abordés dans cette seconde partie sont :

      • Le calibrage de l'extrudeur.
      • La vitesse et la température.
      • Les problèmes de rétractation, les cheveux d'ange.

      Ces réglages ne sont en aucun cas de l'excès de zèle, et vous permettront d'éviter

      • De nombreuses déceptions,
      • Impression ratée,
      • Détériorassions de matériel,
      • Gâchis de filament.

      Et bien sûr, si bien réalisé, ces réglages sont une garantie pour un meilleur de vos miniatures de jeux de guerre. Garder à l'esprit que les imprimantes 3d FDM sont très capricieuses, chaque pièce qui la compose à son rôle à jouer.

      1.Le calibrage de l'extrudeur

      L'extrudeur, nous l'avons évoqué au début de l'article, ce petit boitier en déporté qui vient tirer votre filament pour l'acheminer jusqu'à votre tête d'impression.

      image_extruseur_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

      Quel est l'intérêt de venir le régler ?

      C'est bien simple, il est important de faire acheminer une certaine quantité de filaments. Si votre extrudeur ne fait pas parvenir à votre tête d'impression assez de plastique, vous risquez de retrouver de la sous-extrusion.

      Ou au contraire, si votre extrudeur tire trop de filament, vous pourriez vous retrouver un phénomène de sur-extrusion.

      image_imprimante_FDM_filament_sousextrusion_sousextrusion_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL_2.0

      Sans compter le rendu médiocre que cela vous apporte, si vous votre extrudeur est en sous extrusion, donc moins de filaments, l'accroche sur votre plateau, appeler plus communément le "bed", risque d'être trop faible ce qui pourrait entrainer un décollement de votre impression 3d.

      Le décollement d'une pièce au milieu de son impression est l'un des pires cauchemars du maker wargame, car celle-ci pourrait être déplacée, ce qui viendrait fausser toute l'impression même si elle est minime, vu que votre pièce est complètement désaxée.

      Vous pourriez alors vous retrouver avec un amas de filaments qui aurait été déversé dans le vide sans aucune structure ou forme cohérente.

      image_décolement_plateau_sous_extrusions_imprimante_3d_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

      Ici, nous allons voir les différentes étapes pour arriver calibrer votre extrudeur.

      Certaines étapes ou réglages devront se faire à partir de :

      • L'extrudeur.
      • Votre "slicer", le logiciel de préparation à l'impression 3d.
      • De l'écran de contrôle de votre imprimante 3d.

      De manière générale, la façon dont vous allez mener vos réglages peut varier d'une imprimante à l'autre, ces facteurs sont facilement explicables :

      • Type et marque de filament utilisé
      • Modèle d'imprimante (le menu affiché à l'écran peu différé d'un modèle à l'autre, mais relativement semblable)
      • Modèle d'extrudeur
      • Modèle de tête d'impression

      Toute fois ne vous découragez pas lors de ces réglages, c'est une tâche qui semble compliquée au premier abord, mais qui reste simple en réalité.

      Voici la vidéo de la chaîne YouTube 3d Zack qui nous explique comment simplement on peut calibrer son extrudeur.

      2.Comment choisir son épaisseur de couche ?

      Principalement, il y a deux épaisseurs de couche à prendre en compte : 

      La première couche d'accroche ou le "bed", qui consolidera votre accroche au plateau.

      Le reste des couches de l'objet imprimer.

      Ce qu’il faut comprendre ici c'est que la première couche vous servira de base d'accroche à votre plateau, un peu comme les fondations d'une maison ou d'un bâtiment, si celles-ci ne se sont pas assez solides, votre pièce pourrait se décoller du plateau.

      image_décolement_plateau_sous_extrusions_imprimante_3d_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

      Encore une fois, l'image ci-dessus illustre l'impression d'une pièce qui tourne au cauchemar. De gauche à droite on peut observer son évolution, à partir de la seconde image, la pièce s'est déplacée, puisqu'elle s'est détachée du plateau, le reste de l'impression se poursuit avec un dépôt de filament anarchique, pour finir sur un désastre total.

      Voilà ce qui vous attend si votre base d'accroche est médiocre. Ce type de symptôme peut venir de plusieurs endroits, l'épaisseur de couche est le support de base de votre pièce.

      Alors, comment régler l'épaisseur de couche ?

      L'épaisseur de couche est un paramètre qui se renseigne dans le slicer. Normalement votre slicer doit vous permettre de choisir votre épaisseur de couche pour la base d'accroche et pour le reste de votre impression.

      Oui, mais comment savoir quelle largeur de couche je dois appliquer pour bien faire adhérer mes miniatures de jeux de guerre ?

      Certaines règles restent universelles comme celle de la première épaisseur de couche.

      De manière générale, c'est par rapport au diamètre de votre buse que vous devrez déterminer les premières épaisseurs de couche.

      Et c'est entre 70% minimum, à 90% maximum du diamètre de la buse qui déterminera votre première épaisseur de couche.

      Exemple : votre buse fait un diamètre de 0.4mm, en prenant la règle des 70 à 90%, mettons que l'on souhaite appliquer une épaisseur de couche à 85% du diamètre de la buse. Ce qui nous ferait 0.4*85/100= 0.34mm. Donc vos premières épaisseurs devraient être de 0.34mm d'épaisseur pour une buse 0.4mm

      .

      Attention, si vous imprimez vos figurines wargame avec des diamètres très petits, comme 0.1mm, ajuster votre première épaisseur de couche comme si vous étiez avec un diamètre de buse de 0.2mm. Pour ne pas prendre de risque, nous vous conseillons de directement prendre 0.2mm d'épaisseur pour la première épaisseur de couche.

      Pour le reste de l'impression, vous pourrez choisir une épaisseur de couche inférieure pour apporter plus de finesse et de la qualité à vos miniatures de jeux de guerre.

      Attention, ces règles de 70 à 90% sont des valeurs sûres qui s'appliquent aux filaments classiques tels que le PLA, avec la certitude que votre plateau est bien plat et de niveau.

      Si votre plateau venait à manquer de régularité, ceci pourrait encore une fois engendrer des complications telles que :

      • Un manque d'adhérence, car le filament n'est pas assez écrasé contre le plateau. Le plateau pourrait présenter affaissement ou une baisse de niveau, la hauteur entre la buse et votre bed sera trop important, la buse qui doit initialement écraser le filament pour le faire adhérer ne peut plus le faire.
      • Un manque d'adhérence, car le filament est trop écrasé contre le plateau, ce qui entraine un effet de sous extrusions. Le plateau pourrait être bombé par endroit, ce qui apporte encore une fois un changement de hauteur qui laisse moins d'espace à la buse pour déposer de la matière, le dépôt de plastique est bien plus fin que prévu, voir beaucoup trop, ce qui entraine un effet de sous extrusion, moins de matière moins d'adhérence.

      image_fonctionnement_imprimante_FDM_épaisseur_de_couche_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL 

      À la fin de cet article, nous vous laisserons des liens qui vous permettront d'aller encore plus loin, notamment pour assurer de la fiabilité de votre plateau. 

      Finalement on peut rencontrer ces différentes anomalies, à la suite d'un problème de parallélisme entre la tête d'impression et le plateau sur différente partie de celui-ci.

      Mais comment résoudre ce ou ces problèmes qui peuvent mettre jeux l'impression de vos miniatures wargame ?

      3.Résoudre les défauts de nivellement grâce aux capteurs de niveau.

      Le détecteur de niveau va venir apprécier la distance qui sépare votre tête d'impression et votre plateau en plusieurs points, celui-ci va communiquer à l'imprimante le nivellement de votre plateau. 

      Ce nivellement est représenté par une matrice de point qui est appelé "Méchage 3d du plateau".

      Ce méchage ou matrice de point permettra à votre imprimante de compenser les petits défauts de nivellement que vous pourriez avoir sur votre plateau.

      L'idée est de permettre à votre tête d'impression de se rapprocher plus ou moins du plateau en fonction des éventuelles différences de niveau.

      Ceci permet d'éviter un dépôt de filament pas assez écraser, donc qui aura une mauvaise adhérence.

      Ou un manque de matière, de la sous-extrusion, dû à une hauteur insuffisante entre la buse et le plateau, cet espace serait alors trop petit, trop écrasé pour permettre un dépôt de filament régulier, et aussi pour permettre une bonne adhérence.image_meshage_3d_plateau_impréssion_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

       

      Il existe plusieurs types de palpeurs de niveau qui permette d'apprécier ce nivellement.

      3.1 Le capteur inductif.

      Le détecteur inductif, qui va capter les matériaux conducteurs, c'est l'un des utilisés. Celui-ci va détecter la plaque métallique du plateau en aluminium. 

      Certain maker wargame choisi de mettre une plaque de verre pour améliorer la planéité de leur plateau, attention à ce que celle-ci ne soit pas trop épaisse pour permettre au capteur de détecter le plateau en métal (n'allais pas au-delà 3mm pour l'épaisseur de ce plateau de verre)

      Il ne viendra jamais au contact du plateau, car celui-ci est sensible aux variations de chaleur ce qui permet de détecter le plateau, attention à le garder à distance avec le bloc de chauffe pour ne pas l'induire en erreur.

       image_fonctionnement_imprimante_FDM_capteur_inductif_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

      3.2 Le capteur capacitif

      Il détecte tout le type de matériaux pour apprécier la distance entre votre plateau et votre tête d'impression.

      Son aspect diffère très peu du capteur inductif et se positionne au même endroit que celui-ci.

      3.3 Le capteur BL touch

      Appelé aussi 3D touch, son procédé est relativement simple, celui-ci utilise une tige qui se termine en pointe et qui va venir toucher le plateau. 

      Une fois au contact du plateau le capteur aura apprécié la distance entre la tête d'impression et le plateau. 

      Le palpeur va recommencer plusieurs fois cette manœuvre pour apprécier cette distance sur différent point du plateau. Ce qui lui permettra de créer sa matrice de point

      Ce type de capteur est très précis et offre de très bons résultats.

      image_fonctionnement_imprimante_FDM_capteur_3d_touch_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

      1. Associé à la tête d'impression qui va descendre, celui-ci va venir toucher le plateau et apprécier la distance.
      1. La tige au contact du plateau va paramétrer un point dans sa matrice informatique pour déterminer le nivellement de cette partie du plateau.
      1. La tige remonte, le capteur va pouvoir alors poursuivre son examen, et continuer son méchage du plateau.

      image_fonctionnement_imprimante_FDM_capteur_3dtouch_touchMI_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

      4.Comment ajuster la largeur du filament ?

      On a pu observer juste avant que le filament doit-être écrasé pour que celui-ci puisse mieux adhérer au plateau, notamment sur les premiers passages.

      Mais quand est-il d’autres couches ? Celle qui par superposition, va créer nos miniatures wargame.

      Ici nous allons parler de la largeur des filaments, et là aussi selon nos réglages et paramètres de hauteur, celui-ci pourra subir un certain écrasement de la part de la buse.

      Car ce n'est pas par ce qu'on imprime avec une buse de 0.4mm que l'ensemble notre filament fera cette épaisseur.

      Nous allons voir que cette épaisseur va dépendre de plusieurs facteurs.

       image_fonctionnement_imprimante_FDM_largeur_du_filament_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

      1. La taille de la buse, influence sur le débite de matière extrudée.
      1. L’épaisseur de couche est indiquée dans le slicer. C’est souvent cette épaisseur de couche qui déterminera la résolution et la finesse d’impression de la pièce imprimée. Il est important de comprendre que plus l’épaisseur est fine, plus l’impression sera longue et de bonne qualité. Attention, plus l’impression est longue, plus vous serez susceptibles de rencontrer des problèmes au cours de vos impressions.
      1. On peut voir ici que l’épaisseur du filament ne correspond pas à aux dimensions de la buse, ce qui est normal puisque le filament subit un écrasement de la part de celle-ci, on aura défini au préalable une épaisseur de couche qui impactera forcément l’épaisseur du filament. On peut donc en conclure que cette épaisseur de filament peut être variable et ajustable en fonction de l’épaisseur de couche et du débit de filament extrudé.

      Ici, l'épaisseur de couche servira principalement à maintenir une structure solide et une surface fiable de vos miniatures wargame.

      Pour y parvenir, nous vous conseillons les dimension et mesure suivante :

      Dans un premier temps, votre épaisseur de filament sera aussi large que le diamètre de votre buse.

      Toutefois, pour les imprimeurs et maker wargame qui imprime avec des buses égales ou inférieures à 0.2mm, faite en sorte que l'épaisseur de votre filament soit plus large que l'orifice de celle-ci, exemple : 0.3mm. Vous pouvez tester avec des dimensions inférieures si la structure de votre impression vous le permet et quelle n'est pas trop complexe, néanmoins vous prenez quelque risque, à vous de voir...

      5. Bien choisir la rapidité d'impression et la température.

      Dans cette partie nous allons voir le rapport entre l'allure de l'impression, et la température.

      Premièrement il faut comprendre ceci :

      • Rapidité d'impression lente = Résultat supérieur, mais temps d'impression long, voire très long.
      • Temps d'impression rapide = Rendu inférieure, mais temps d'impression plus court.

      La rapidité d'impression se définit dans votre slicer, le logiciel de préparation de vos modélisations 3d.

      5.1 La vitesse d'impression

      Et ce n'est pas le temps, mais les vitesses d'impression que vous devrez régler. 

      Car oui, votre pièce n'est pas simplement composée de dépôt de filament qui vient se superposer les uns après les autres le plus simplement du monde.

      Non, en réalité votre pièce est composée certes de plusieurs de couche de filament, mais certaine partie on leurs rôles à jouer.

      Voici une liste non exhaustive des différentes couches :

      • Périmètre externe, donc ce sont les périmètres visibles de la pièce imprimée, on peut accorder un tem plus long pour une meilleure qualité.
      • Périmètre interne, soit la bordure de la pièce qui se trouve à l'intérieur de la pièce et donc non visible. Celui-ci sera réglé en mm/s qui est souvent la mesure de référence pour le reste de votre impression. Nous vous recommandons, pour atteindre une bonne qualité d'impression pour vos miniatures wargame, et même de manière générale, à varié sur du 40 à 50 mm/s selon la complexité de vos pièces.
      • Périmètre court ou de détail. Attention accordée une allure plutôt lente à ce réglage, car ce périmètre correspond à de petites parties de la pièce qui demande plus de précision.
      • Remplissage ou maillage interne, se dépôt de filament va venir remplis la pièce d'impression, ce remplissage peut être plus ou moins riche pour augmenter la solidité de vos pièces. Ce maillage interne est invisible donc on pourra augmenter sa vitesse d'extrusion.
      • Remplissage supérieur qui apporte la finition du dessus de la pièce (ce remplissage est surtout sollicité pour les parties du dessus qui présente des surfaces planes)
      • Les ponts sont les phases ou votre tête d'impression devra passer d'une partie à une autre sans réaliser d'extrusion. Ce sont des moments de l'impression où votre tête imprime sur un point A, et part en ensuite sur le point B pour y imprimer le reste de la pièce, l'espace entre les deux ne contient pas de dépôt de filament, la subtilité ici est de gérer l'extrusion du filament afin de ne pas observer de dépôt qui n'auraient pas leur place qu'on appelle cheveux d'ange (ce point particulier est développé dans les parties suivantes de l'article).
      • Les supports, se sont comme de petits échafaudages qui maintiendront des parties stratégiques de la pièce d'impression qui nécessite d'être soutenue afin de permettre au plastique de ce solidifié et prendre la bonne forme.
      • Remplissage solide.
      • Remplissage de trou, ce remplissage un peu particulier, il correspond au remplissage de certaine partie qui vient juste combler un manque de matière sur une partie de la pièce (non visible), le logiciel va accorder une épaisseur de filament inférieur, car le standard serait trop gros.
      • La vitesse de déplacement, c'est la vitesse de la tête d'impression sans extrusion, on peut aller très vite, entre 100 et 130 mm/s.
      • La vitesse de la première couche, très important à ne sur tous pas négligé puisque celle-ci apportera une bonne adhérence à votre miniature sur le plateau.

      Portons-nous maintenant sur la température de chauffe.

      6. La température de chauffe.

      Comprendre la relation entre la vitesse et la température n'est pas compliqué :

      Plus on imprime ou on extrude vite = Plus on doit chauffer, ou monte en température

      Moins on imprime ou on extrude vite = Moins on doit chauffer, ou monte en température

      Il faudra donner à votre filament, la température adéquate avec la vitesse que vous souhaitez atteindre. Pour y parvenir, il va falloir faire une petite batterie de tests pour s'assurer de vos possibilités.

      6.1 La tour de température

      Ce test est la tour de température, vous pouvez réaliser en plusieurs fois, à différente vitesse et connaître la meilleure relation entre la vitesse d'extrusion et la température, pour votre imprimante, avec un modèle de filament.

      image_tour_de_température_imprimante_3d_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

      Qu’est-ce que la tour de température ?

      La tour de température est une tour ou une colonne, qui nécessite avant son impression, un réglage dans votre slicer.

      En effet, comme vous pouvez observer sur l'image ci-dessus, on peut voir plusieurs étages avec des chiffres différents. Le chiffre inscrit sur l'étage correspond à la température à laquelle celui-ci a été imprimé.

      Par où débuter ?

      Dans un premier temps vous pouvez vous reportez sur les températures préconisées par le fabriquant, ces températures sont en général sur la boite d'emballage et/ou la bobine du dit filament.

      Par la suite vous pourrez faire des tests pour voir à quelle vitesse vous obtiendrez les meilleurs résultats.

      Il faut bien comprendre qu'avec ces tests, on cherche à observer les réactions du plastique, avec votre imprimante, et que ces réactions changeront d'une imprimante à une autre, et surtout d'un filament à l'autre.

      Sachez que les filaments plastiques ne réagissent pas de la même manière, cela dépendra :

      • De la couleur de votre filament, plus celui-ci est foncé, plus à besoin d'être chauffé, son taux de pigmentation étant plus élevé, celui-ci doit recevoir une température plus conséquente.
      • Même chose si celui-ci possède une composition particulière : bois, métal, carbone, etc.

      Encore une fois, ne négligez pas ces étapes. Toutes ces recommandations ne sont n'y plus n'y moins qu'un GPS qui vous guiderait sur les sentiers de l'incertitude d'une bonne impression wargame.

      7.Vitesse de rétraction. Comment éviter les cheveux d'ange ?

      Ici nous allons parler de ces fameux cheveux d'ange qui viennent détériorer la qualité de vos impressions et vous demanderont un travail de post-traitement sur vos impressions de jeux de guerre. Ce symptôme nous indique quelque paramétrage correctif peuvent être réalisé.

      image_cheveux_d_ange_imprimante_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier_STL

      Nous vous invitons à regarder le vidéo qui suit sur le sujet, expliquer par la chaîne YouTube BenTek.

      Cette vidéo explique vraiment bien ce phénomène qui peut-être résolut. Encore une fois, il faudra mettre la main à la pâte et faire quelque essai pour atteindre de très bon résultat.

      8.La jupe

      La jupe est une option qui doit-être validé dans le slicer. La jupe permet de voir les premières réactions du filament sur votre plateau, donc observer si nos paramètres sont corrects, si des réactions, symptômes, apparaissent sur le plastique avant d'entamer la couche de support. 

      Mais aussi de purger la buse avant le départ de l'impression. Ainsi l'ancien plastique qui c'était solidifié, est extrait, pour vous permettre d'imprimer avec votre nouveau filament.

      Nous vous conseillons cette petite manœuvre avant chaque impression.

      image_jupe_FDM_wargaming_stl_maker_3d_impréssion_3d_jeux_de_plataux_jeux_de_guerre_figurine_miniature_fichier_imprétion_fichier

      Conclusion.

      Comme vous avez pu le constater, utilisé une imprimante FDM l'impression 3d çà ne se fait pas comme çà.

      Rappelez-vous bien des différentes parties de l'article

      1re partie : Elle énonce les différents éléments qui composent l'extrudeur et la tête d'impression, il était essentiel pour nous de vous les citez afin de vous faire comprendre leurs rôles, et identifier, s'il y a une panne, l'élément défectueux.

      2em partie : Parle des améliorations et réglages qui peuvent vous sauvez quelque impression, voir améliorer considérablement leur rendu.

      Vous pourriez ne pas avoir besoin de toutes ces recommandations ou amélioration, chaque imprimante est différente et réagit comme tel. 

      Certains défauts et difficultés se rencontrent avec des filaments particuliers qui nécessitent des traitements qu'ils leur soient propres. Il est aussi possible que des réglages ou améliorations sur votre plateau, soit nécessaire.

      Et si vous souhaitez réaliser uniquement des modélisations de jeux de guerre sur plateau, sachez que les filaments de plastique de type PLA, les plus classiques, devraient répondre à tous vos besoins s'en rencontrer de grande difficulté.

      Si vous souhaitez vous documenter davantage, les articles suivants pourraient vous intéresser :

      Régler son plateau pour de belles impressions 3d wargame.
      Quel filaments plastique utilisé pour l'impression 3d wargame ?
       

      Cet article touche maintenant à sa fin. Nous espérons vous avoir apporté un maximum d'information.

      Merci d'être allé jusqu'au bout de cet article, nous espérons sincèrement qu'il vous aura été utile et agréable à lire.

      Articles Récents

      Le posttraitement des figurines et miniatures wargame.

      Les différentes résines utilisées pour vos impressions de jeux de guerre sont des produits relativement chimiques qui dégagent des odeurs très fortes. À cet effet, il vaut mieux s'informer sur la manipulation de ce...

      Read more

      Les imprimantes 3D LCD pour figurine wargame.

      L'impression 3d ne cesse d’évoluée, développant de nouvelles technologies, et améliorant les anciennes. Alors, comment trouver son imprimante 3d résine pour le jeu de guerre sur plateau, en sachant que ce...

      Read more

      Utilisé le trancheur Lychee slicer

      Lychee slicer est un logiciel très utilisé des imprimeurs 3D, très apprécier pour ses diverses fonctionnalités, il est pour beaucoup, le meilleur de sa catégorie. Car même dans sa version...

      Read more

      Leave a comment

      This blog is moderated.